Nutrition & Sommeil

Docteur Franck SENNINGER - 102 rue de Boissy - 94370 Sucy-en-Brie

Tel: 01 45 90 42 08

Sommeil

 

Insomnie, fatigue, apnées, somnolence, troubles de la vigilance : les troubles du sommeil ont tous d'importantes répercussions sur la santé et la qualité de vie. Les causes sont très diverses et une consultation spécialisée s'avère parfois nécessaire. Le plateau technique du cabinet permet un diagnostic dans la plupart des cas.

 

 

Avant de venir consulter

pour troubles du sommeil il est utile de remplir :

 

1) Les pages 3, 4, 5, 6, 7, 8 du questionnaire ainsi que

 

2) Agenda du sommeil

 

A l'issu de la consultation, une exploration par polygraphie, ou par polysomnographie vous seront éventuellement proposés.

 

 

Lien utile pour comprendre :

 

L'architecture du sommeil

 

Lien associatif

 

Réseau morphée

a

Pourquoi un médecin du sommeil ?

Le médecin du sommeil, explore le sommeil à l'aide de questions, d'agenda ou de toutes sortes d'appareils. Il peut ainsi retrouver votre architecture du sommeil avec les phases de sommeil léger, profond ou paradoxal (celui des rêves). Il peut retrouver des troubles, déterminer les réveils ou les microéveils qui durent moins de 15 secondes.

Il est là pour comprendre, pour vous aider à mieux maîtriser votre sommeil et apprendre à vous passer de médicaments autant que possible. Si besoin, il travaille en étroite collaboration avec des groupes d'éducation thérapeutique pour vous apprendre à mieux réguler vos erreurs.

Les troubles du sommeil

  • L’insomnie,
  • L’apnée du sommeil,
  • Les ronflements,
  • L’hypersomnie,
  • Le sommeil non-réparateur,
  • Le syndrome des jambes sans repos,
  • Les parasomnies (terreurs nocturnes, cauchemars, troubles du comportement en sommeil paradoxal ou somnambulisme)
  • Les troubles du sommeil liés à une pathologie (psychiatrique, neurologique, ou autre).

Actualités sommeil

Les petits dormeurs deviennent de gros... mangeurs

 

Il y aurait plus d'obèses chez les petits dormeurs. La faute aux hormones nocturnes qui régulent le poids comme la leptine hormone de la satiété, à l'hormone de croissance qui régule la masse maigre et au cortisol. Les hormones du jour comme la ghréline, hormone de la faim, sont aussi mises en cause.

Bref dormir peu chamboule les hormones... (Institut National du Sommeil et de la Vigilance, avril 2015).

Les somnifères sont néfastes pour la santé

 

« Selon une étude américaine, les médicaments couramment prescrits pour dormir sont associés à un risque de décès plus de 4 fois plus élevé que celui de personnes qui n'en prennent pas ». L'express

 

Les plus gros consommateurs ont un risque de cancer de 35% fois plus élevé que les non consommateurs. «... même chez les petits consommateurs (18 cachets ou moins par an), le risque de décès reste 3 fois plus grand », le risque de décès n'implique pas forcément un lien de cause à effet, même si leurs travaux viennent conforter d'autres études.

 

Combien de temps dormir ?

  • Pour les nouveau-nés (jusqu’à 3 mois), une durée de sommeil quotidienne de 14 à 17 heures est recommandée ;
  • Pour les nourrissons (4 à 11 mois), 12 à 15 heures ;
  • Pour les tout-petits (1 à 2 ans), 11 à 14 heures ;
  • À l’âge préscolaire (3 à 5 ans), de 10 à 13 heures de sommeil ;
  • Pour les enfants d’âge scolaire (6 à 13 ans), de 9 à 11 heures ;
  • Pour les adolescents, la durée idéale de sommeil recommandée est de 8 à 10 heures ;
  • De18 à 64 ans, de 7 à 9 heures ;
  • Pour les adultes plus âgés (plus de 65 ans)  7 à 8 heures (février 2015).

Les insomnies favorisent l'insuffisance cardiaque

 

En cas d'insomnie sévère le risque d'insuffisance cardiaque serait même quadruplé, c'est ce que montre une étude norvégienne avec un suivi sur dix ans.

Les somnifères liés à une mortalité plus élevée (Le quotidien du médecin 7/3/2013).

 

 

 

 

 

Risque cardio-vasculaire

(infarctus et accidents vasculaires cérébraux ce que l'on appelle une attaque)

 

  • le tabac multiplie par 9,8 le risque cardiovasculaire.
  • le diabète multiplie par 4,2 le risque cardiovasculaire.
  • le syndrome d'apnées du sommeil multiplie par 3,1 le risque cardiovasculaire et multiplie par 5 s'il y a plus de 30 apnées par heures.
  • l'hypertension artérielle multiplie par 1,9 le risque cardiovasculaire
  • l'excès de mauvais cholestérol multiplie par 1,8 le risque cardiovasculaire.
  • « les AVC (150.000 par an en France) sont la première cause de handicap de l’adulte en France, la première cause de décès chez les femmes et la seconde cause de démence après la maladie d’Alzheimer » Le Figaro du 29/10/09.
  •  le syndrome d'apnées du sommeil sévère multiplie par 4,8 le risque de décès par cancer (Panorama du médecin du 3/6/2012).