Nutrition & Sommeil

Docteur Franck SENNINGER - 102 rue de Boissy - 94370 Sucy-en-Brie

Tel: 01 45 90 42 08

Nutrition

de l'adulte, de l'adolescent et de l'enfant

 

Première consultation de 30 minutes entre 30 € et 120 €* (base de remboursement de la sécurité sociale 30 € ou 80 € , les mutuelles complètent éventuellement la différence).

 

Consultations suivantes de 20 minutes entre 30 € et 60 €* (base de remboursement de la sécurité sociale 30 €, les mutuelles complètent éventuellement la différence)

 

* Non contractuel

 

 

Téléchargement : courbe de corpulence : garçon, fille, courbe de suivi de poids

 

 

 

 

 

 

Contre les idées reçues

En 2010, la famine et la malnutrition ont tué près de 1 million de personnes, alors que l’obésité en a tué 3 millions !

En 2014, 850 millions souffraient de malnutrition... Plus de 2,1 milliards étaient en surpoids, soit 2,5 fois plus !

D’ici 2030, la moitié de l’humanité devrait souffrir de surcharge pondérale.

Source "Homodeus, une brève histoire du futur" Yuval Noah Harari.

Les petits dormeurs deviennent de gros... mangeurs

 

Il y aurait plus d'obèses chez les petits dormeurs. La faute aux hormones nocturnes qui régulent le poids comme la leptine hormone de la satiété, à l'hormone de croissance qui régule la masse maigre et au cortisol. Les hormones du jour comme la ghréline, hormone de la faim, sont aussi mises en cause.

Bref dormir peu chamboule les hormones... (Institut National du Sommeil et de la Vigilance avril 2015).

Le cerveau aime les oméga-3

Les derniers travaux (Sophie Layé, INRA) montrent que les cellules gliales, qui soutiennent les neurones et échangent avec eux, sont très sensibles aux oméga-3. Lorsque l'alimentation est riche dans ces acides gras polyinsaturés, la sensation de bien-être augmente (Le quotidien du médecin  14/3/16).

A chacun son régime... et celui de ses bactéries.

Savez-vous que nos intestins contiennent davantage de bactéries que notre corps ne possède de cellules? Autrement dit, le contenu est plus important que le contenant.

Ces bactéries ont un rôle fondamental dans la digestion et dans l'absorption des vitamines et autres flavonoïdes. Elles constituent ce que l'on appelle le microbiote.

Ce microbiote influe sur notre comportement (d'où le terme de 2e cerveau que l'on lui attribue).  Il joue donc un rôle important dans le maintien du poids. C'est ce viennent de mettre en évidence des chercheurs de l'INSERM. Mieux, encore "La valeur d'un régime alimentaire est déterminé non seulement par vos gènes, mais également par les gènes du microbiote intestinal" explique Dominique Gauguier, directeur de recherche INSERM dans les colonnes du Quotidien du Médecin.

On savait qu'il y avait multitude de régimes, il y a maintenant autant de régimes que de microbiotes différents. (20/7/2017)

Le surpoids c'est normal

Si l'on considère le normal comme la norme alors être en surpoids est devenu la norme. En effet, les dernières statistiques montrent que, tant chez les adultes que chez les enfants, 49 % de la population est en surpoids, avec des différences si l'on regarde de plus près selon le sexe ou le milieu socio-professionnel (7/7/2017).

Et pourtant

17% d'adultes sont obèses (IMC supérieur à 30 kg/m2)

17% d'enfants sont en surpoids

4% d'enfants sont obèses

Chrome, insuline et diabète

 

Quand les graisses alimentaires sont consommées en grande quantité, l’organisme va leur donner la priorité pour les utiliser comme carburant, « oubliant » les sucres qui sont le combustible naturel. Le glucose sanguin n’est alors plus utilisé ce qui conduit à ce que l'on appelle l'intolérance au glucose.

Cette augmentation du glucose provoque l'augmentation d'une hormone secrétée par le pancras : l'insuline. Cette insuline est chargée de faire rentrer le sucre dans les cellules du corps humain diminuant ainsi la quantité de sucre présente dans le sang.

L’augmentation de l’insuline sanguine stimule le système sympathique contribuant ainsi à l’élévation des chiffres de la tension artérielle.

 

Les dérapages du grignotage

Malheureusement l’insuline est également l'hormone de stockage des graisses notamment au niveau de l’abdomen favorisant ainsi la prise de poids. Chaque prise alimentaire se solde par une secrétion d'insuline, c'est pourquoi il est fortement déconseillé de grignotter entre les repas.

Le chrome, grâce à un mode d'action encore peu connu, diminue le taux de sucre dans le sang et par là-même l'action de stockage de l'insuline vis à vis des graisses. Certaines études ont même montré qu'à partir d'une certaine dose (300 µg/j), le chrome favorisait la perte de poids.

Les sodas tuent

Article dans le Figaro du 2/7/15

« Les sodas et autres boissons sucrées […] provoqueraient jusqu'à 184.000 morts par an dans le monde, selon une étude [américaine] publiée dans Circulation ».

Plus précisément le quotidien explique que « les chercheurs ont déterminé à partir de 62 enquêtes diététiques, qui ont porté sur 611.971 personnes entre 1980 et 2010 dans 51 pays, que 133.000 morts liées à la consommation de ces boissons ont résulté du diabète, 45.000 de pathologies cardiovasculaires et 6450 de cancers ».

La sédentarité tue

 

Article dans Le quodidien du médecin du 15 janvier 2010

 

  • Une heure passée chaque jour devant la télévision augmente le risque global de décès de 11 %, celui de mort par cancer de 9 % et celui de succomber à une maladie cardio-vasculaire de 18 %.
  • Quatre heures par jour passées devant la télévision augmente le risque de décès de 46 % par rapport à ceux qui y consacrent deux heures.

C’est une étude australienne sur 8 800 adultes suivis de 1999 à 2006, publiée aujourd’hui dans « Circulation » qui met en évidence ces risques.

Les causes de l'obésité

 Les causes de l'obésité sont multiples : habitudes alimentaires, sédentarité, surabondance de l'alimentation, prédisposition...

Les travaux récents montrent que la flore bactérienne joue également un rôle dans le déclenchement de l'obésité (Pr Gordon, Pr Rémy Burcelin et Pr Nathalie Delzenne). Cette découverte permettra peut-être d'avoir enfin un levier efficace sur cette maladie.

 

Les graisses saturées

Les graisses saturées sont présentes dans les pâtisseries, les fromages, les sauces etc. (voir un cœur en forme) provoquent une modification de la flore intestinale au profit de certaines bactéries (appelées Gram -) au détriment des autres bactéries qui peuplent habituellement le gros intestin (notamment les bifodibacterium).

 

Des bactéries qui se sucrent sur votre dos

Ces bactéries Gram - produisent un certain type de sucre (des lipopolysaccharides) qui vont passer dans le sang. Cette intrusion provoque à son tour une réaction inflammatoire et une secrétion accrue de l'insuline (voir plus haut).

Tout se passe alors comme si vous portiez en permanence sur les oreilles un baladeur avec le volume sonore monté au maximum. Vous finissez par moins bien entendre. Au niveau des cellules, il se passe la même chose : elles "entendent" moins bien le message délivré par l'insuline. On parle alors d'insulinorésistance.

 

L'insuline toujours l'insuline

Comme les cellules "entendent" moins bien l'insuline, le pancréas va en secréter davantage et les graisses seront alors davantage stockées (voir plus haut le chrome et l'insuline). La masse grasse augmente préfigurant le surpoids puis l'obésité.

 

Traiter l'intestin pour diminuer l'obésité

Ainsi, il semble logique de traiter les intestins lorsque l'on veut avoir une action sur la perte de poids. Ce traitement vise :

1) à "nettoyer" le tube digestif de ces bactéries Gram -

2) à favoriser la recolonisation à l'aide de prébiotiques comme les fructo-oligosaccharides qui sont des fibres alimentaires contenus dans certains aliments comme les oignons, les artichauts, les bananes...

3) à prendre éventuellement des probiotiques, c'est-à-dire de bonnes bactéries qui peuplent habituellement les intestins.

Troubles du comportement alimentaire (TCA)

Les troubles du comportement alimentaires sont multiples et vont de la simple gêne à une altération importante de la santé.

Citons à titre d'exemple :

  • L'anorexie,
  • La boulimie
  • Les compulsions
  • Le grignotage
  • Les levers nocturnes pour manger
  • La polyphagie (le fait de manger beaucoup)...

 

Traitement des TCA

Comme ces pathologies ont des causes multiples, le traitement comporte plusieurs axes :

  • Les conseils alimentaires pour permettre une meilleure compréhension,
  • La micronutrition pour rééquilibrer les carences occasionnées,
  • La phytothérapie pour traiter les symptômes et la cause
  • L'hypnose pour permettre un bien-être physique et psychologique favorables
  • Le traitement de l'anxiété qui peut être source de compulsions, la nourriture étant un excellent tranquilisant.

Voir la vidéo sur l'agressivité

a